Jérome, le chasseur de vêtements vintage signé Le zouave

C’est en 1988 que Jérome a commencé à collectionner des vêtements vintage provenant de la France ou des Etats Unis.
A présent, il fait du retail (vente au détail) sur son e-shop et de la distribution wholesale (grossiste). Sa spécialité ? ce sont les vêtements de travail et tout type de vêtements militaires des années 1900 à 1970. En entrant dans son tout nouveau showroom, on capte tout de suite à quel point nous sommes là dans l’antre du vêtement vintage de qualité. En effet, Jérome est un passionné.

Personnellement, les vêtements de travail et les fringues « army » me fascinent depuis mon adolescence. J’aime leur coupe, leur matière, leur couleur. Plus tard, je me suis intéressée aux vêtements de travail qui deviennent cette année une tendance lourde en matière de mode.  En effet, le workwear tels que la veste bleue de travail, la combinaison du garagiste ou le pantalon de charpentier sont devenus des incontournables de nos garde-robes.  Allons voir ce qu’il se passe dans son  showroom du quartier de la Méditerranée à Montpellier.

Bonjour Jérome, comment te définis-tu ?

Je suis un chasseur de vêtements vintage. Je pense figurer parmi les précurseurs de cette activité à Montpellier. J’ai fait partie de la première génération à être passionnée par la fripe. Avec quelques autres passionnés, nous formions à la fin des années 80 une petite communauté avec ses codes et son réseau.

smiling
crédit photo : @stefanpinto

Pourquoi Le zouave ?

A l’époque où j’ai voulu créer ma propre marque, j’ai déniché un tableau à Pézenas, une huile représentant un zouave qui me suit à présent partout. Avec le type de fripe que j’aime et que je vends la marque  Le Zouave est née tout naturellement.

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir d’abord collectionneur et ensuite traqueur/vendeur de vêtements vintage ?

J’ai d’abord travaillé pendant plusieurs années dans le secteur de l’optique pour des grandes marques, passionné et collectionneur de montures de lunettes, j’ai appris le métier « à l’ancienne ». Mais j’avais toujours dans un coin de ma tête cette passion pour la fripe ancienne.

Et puis dans les années 90 je suis parti vivre à New York où j’ai beaucoup appris de ce métier dans les fripes américaines.

Du coup, en ligne et dans ta boutique on y trouve quoi et quelle est ta clientèle ?

Sur ma boutique en ligne, on trouve ma sélection de vêtements que je chine partout dans le monde ; des vêtements de travail ou de l’armée américaine ou française, des vestes, pantalons, salopettes mais aussi des accessoires (foulards, bracelets, sacs, couteaux,…).  Bien que ce soit de la fripe, tout est extrêmement soigné. Pour moi, il est très important de proposer à mes clients des produits de belle qualités, lavés et « réparés ». Les vêtements et accessoires que je propose en ligne ont absolument tous été finement sélectionnés par moi-même.  Je suis exigeant.

Je les lave, brosse, aspire et elles partent à l’atelier si elles ont besoin d’éventuelles retouches.

Si certaines comportent des « défauts », ils font bien entendu tout leur charme et leur intérêt. Ma clientèle est internationale, il y a bien sûr les passionnés, les collectionneurs français ou étrangers, mais aussi beaucoup de clients japonais qui raffolent de l’esthétisme des vêtements de cette époque et adorent les mixer à des pièces contemporaines.

photo explication
crédit photo : @stefanpinto

Le Zouave, c’est aussi ma propre collection de vêtements et accessoires, ils comportent tous un stencil fait main sérigraphié dans un atelier artisanal à Montpellier.

J’ai souhaité faire des collab’ intéressantes avec des boutiques locales de Montpellier, comme Boyer Molière qui a également à coeur de proposer des vêtements correspondants à un savoir faire unique.

SLIDER-N6

 

 

Comment vois-tu le positionnement du vêtement vintage dans les années à venir ?

Si on observe de près le marché, on voit clairement que le recyclé, l’upcyclé, l’écolo arrivent en force dans un peu tout type  de magasins de vêtements, à commencer par les grosses enseignes. La tendance devient lourde. La fripe va peu à peu être décalée et associée à des vêtements plus pointus de façon à former des looks forts. 

Merci Jérôme pour ce chouette entretien et pour la visite de ton lieu inspirant. Personnellement, malgré mon petit gabarit, je suis bien contente d’avoir trouvé un blouson, je suis repartie avec un parfait blouson de l’armée de l’air australienne couleur sable 😉

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.